Menu

5 points à connaître pour connecter le calcul de structures avec le BIM

Date: 
Lundi, 1 Décembre, 2014
Région: 
International

Pour beaucoup d’ingénieurs de structure, le BIM est maintenant arrivé à un point où il est bien plus qu’une simple frénésie.
Le BIM apporte des améliorations significatives dans la productivité et la qualité de la conception à la construction. Les avantages peuvent être constatés pour de grands & petits projets, et la toute récente Fondation Louis Vuitton (par Frank Gehry) est un bel exemple de collaboration possible grâce au BIM, entre plusieurs équipes par delà les frontières.

D’un autre côté, le calcul de structures se fait souvent en 3D et ce depuis des décennies… alors comment l’analyse de structure se connecte-t-elle à un processus (Open) BIM ? Voici les 5 points essentiels à la collaboration BIM :

1. Certification Import et Export IFC 2×3

L’IFC est un format de fichier indépendant et ISO qui est supporté par tous les principaux logiciels BIM comme Allplan, ArchiCAD, Revit, Tekla ou Vectorworks et plus de 150 autres. L’organisation BuildingSMART est responsable pour le format IFC et possède un processus de certification pour garantir une grande couverture des types d’objets avec un haut niveau de qualité.

2. Gestion du modèle de structure

La plupart des logiciels d’analyse de structure définissent leur modèle par des noeuds connectés à des barres. Il s’agit essentiellement d’une idéalisation, d’un modèle simplifié dont le but est de calculer les contraintes et les déplacements de la structure.  Cette approche est appelée le “modèle d’analyse”. Le modèle “de structure” (référence) par ailleurs, définit des géométries voluminques bien plus complexes et vise à refléter la structure réelle, avec excentricités, espacements, coupes, etc . Un support direct de ce modèle de structure dans le logiciel d’analyse fournira un contexte bien meilleur à l’ingénieur et facilitera la communication.

3. Reconnaissance de formes

Alors que la majorité des logiciels écrira un poutre rectangulaire en béton de la même manière, il peut arriver que certains objets soient écrits comme “volumes généraux”. Cela peut être le cas par exemple pour une pile de pont ou une dalle à épaisseur variable, etc.  Dans ces cas, des outils sont nécessaires pour convertir ces formes 3D en un élément de calcul équivalent comme par exemple des éléments filaires avec une section droite ou une surface plane avec une épaisseur.

4. Alignement / connexion du modèle d’analyse

Après l’import d’un modèle de référence, la différence entre un modèle de structure et un modèle d’analyse devient claire: la plupart des objects ne sont pas connectés, il y a des espaces ou de mauvais alignements entre les éléments. Pour calculer la structure, l’ingénieur doit d’abord s’assurer que tout soit parfaitement aligné et connecté. Aussi, pour simplifier la productivité, votre logiciel de calcul de structure vous assister dans ce travail avec des outils dédiés.

5. Liens "API" pour modèle d'analyse

Selon son mode de travail, l’ingénieur peut vouloir utiliser le modèle d’analyse créé dans une application CAD (comme Revit ou Tekla). Vous aurez alors besoin d’un outil solide pour le lien spécifique API, supportant un large nombre d’objets avec un processus de mapping de section droite efficace.

 

Etes-vous d’accord avec ces pré-requis ? Votre logiciel de calcul de structure les prend-il déjà en charge ?

 

Pour en savoir plus :